fbpx alius

Aujourd’hui, MécaniCycle aimerait vous parler d’un itinéraire de cœur que nous avons eu le plaisir de testé à plusieurs reprises, l’une des plus belles et célèbres voies verte de notre région.

Pour la petite histoire, la « PassaPaïs » est une piste cyclable en plein cœur du Parc Naturel Régional du Haut-Languedoc. Elle commence à la gare de train de Mazamet et va jusqu’à Bédarieux. Elle suite le tracé d’une ancienne voie ferrée crée en 1889 pour acheminer le vin et les curistes se rendant à Lamalous-les-bains, L’un n’aillant pas forcément de rapport à l’autre...quoi que ?

Elle s’étend avec douceur sur près de 80 km en traversent une surprenante diversité de paysage. À vélo vous roulerez, voir glisserez, paisiblement, sans aucune peur de croisé aucun véhicule à moteur, ici strictement interdit, sur un parcours très facile et très sécurisé. En deux mots, une piste cyclable idéale pour un week-end où en famille.

C’est, disons le franchement un beau voyage, ou ici j’ose dire un voyage, car vous le savez, les petits parcours sont parfois d’immenses voyages, et nul n’est besoin d’aller très loin pour vibrer. Ce parcours vous incite a savouré les petits bonheurs simples. À déguster ces instants en pleine nature, aux pieds des montages, sur des viaducs, sous des ponts, dans des tunnels, au milieu de forêts à l’ombre des feuillages, dans la douceur du bocage, et même soudainement un petit goût de garrigue vous effleure le nez et le chant des cigales caresse les oreilles…

La traversée des étroits tunnels qui s’illuminent sur votre passage est une émotion magique garantie.

Vous arriverez ainsi jusqu’à Bédarieux, en passant par Olargues, un petit village qui vaut vraiment le détour, et surtout n’oubliez pas de faire une halte pour visiter les gorges d’Héric, sublime de rafraîchissement et d’une beauté sauvage ! Mais il existe d’autres gorges tout aussi belle et beaucoup moins touristique et tout aussi superbes et surprenantes, n’hésitez pas à vous lancer dans la découverte.

On pourrait facilement diviser ce périple en deux parties, l’une qui monte en pente très douce, et l’autre descente en pente également très douce, le point culminant se situant dans un tunnel, presque à mi-parcours. Une partie plus Tarn, foret et bocage et une autre Hérault plus aride et rocailleuse.

Vous l’avez compris, nous avons à chaque fois adoré cette balade à vélo de jour comme de nuit. Et oui ! Roulé de nuit sur cette piste est également une très belle expérience, ainsi que d’y monter sa tente pour un repos bien mérité au bord d’une table de pique-nique, avec les bonjour-sourires des joggeurs du matin, le chant des oiseaux et l’odeur du café ! Ce parcours est réalisable sur très peu de temps, mais qu’il est bon de prendre son temps…

Nos seules petites remarques, et nous parlons ici seulement de désagrément paysagé et non d’inconvénient, sont que… Parfois la nationale est très près de la piste, qu’un passage sur une colline oblige pour le moins sportif, où les plus chargés, à pousser le vélo, mais pas d’affolement, il s’agit de très peu de mètres, et la descente et vraiment très plaisantes ! Un peu de piment ne nuit pas ! Et si l’arrivée à Bedarieux est plutôt décevante… Alors n’oubliez pas tout le chemin parcouru.

Bref, un minimum de difficultés au vu du bonheur suscité.

De plus, sachez que cette charmante voie verte début à Mazamet, ce qui offre la possibilité de prendre le train au départ de Toulouse.

La seule complication, et c’est un grand classique, et l’escalier pour accéder au quai en gare de Toulouse, espérons que les choses s’améliorent bientôt de ce côté-là !

À l’arrivée, si vous ne voulez pas faire le retour à vélo, qui est encore plus facile que l’aller vu la pente douce qui vous épargnera moult coup de pédale, vous avez la possibilité de prendre un train à Bédarieux.

Et pourquoi pas, comme nous l’avons fait, raccordé le rivage méditerranéen à partir de Lamalou-les bain via Beziers (v-84), une belle piste cyclable qui traverse les plateaux viticoles où encore la vallée de l’Orbe ? Mais là, il faut être un cycliste un peu plus aguerri au vu des coteaux à franchir.

Et pour ceux qui trouvent que le vélo va trop vite, vous pouvez toujours la faire à pieds !

Camille